Paris 1 : les doctorant-e-s se mobilisent contre la fin de l’exonération des frais d’inscriptions !

Le 7 juillet 2015, le Conseil d’Administration de Paris 1 votait la fin de l’exonération des frais d’inscriptions pour les doctorant-e-s contractuel-le-s et ATER (vote mis à l’ordre du jour à la dernière minute). Une décision allant à l’encontre des engagements de l’équipe présidentielle lors d’une réunion ultérieure en présence des représentants des doctorants à la commission de la recherche de l’université. De plus, alors que cette mesure ne devait être appliquée à l’horizon 2016, elle fut effective dès la rentrée 2015, à la grande surprise des doctorant-e-s.

La présidence justifie cette décision par la création d’emploi pour de nouveaux ATER.  Nous nous en étonnons car d’une part cela veut dire que l’on fait reposer sur les contractuel-le-s actuel-le-s le salaire de nouveaux ATER, d’autre part, à l’heure des débats budgétaires, nous sommes toujours sans nouvelles de ces postes supplémentaires.

Il est inacceptable que les doctorant-e-s contractuel-le-s et ATER soient victimes d’un chantage à l’emploi de la part de l’université qui les emploie. L’argument consistant à montrer du doigt les contractuel-le-s comme des privilégiés est, outre l’aspect discriminatoire, un message néfaste envoyé aux étudiant-e-s chercheur-e-s de l’université, et une volonté de nivellement par le bas de la situation déjà précaire de tous les doctorant-e-s.

De plus, les doctorant-e-s contractuel-le-s et ATER sont des salarié-e-s de l’université tout autant qu’ils en sont des usagers. Ainsi nous nous questionnons sur l’aspect juridique d’une telle décision dans la mesure où celle-ci amènerait des salarié-e-s à payer leur employeur pour exercer leur fonction…

La FENEC revendique sur le plan national une exonération des frais d’inscriptions de tous les étudiant-e-s salarié-e-s par leur université.

Une intersyndicale, réunissant les élu-e-s étudiant-e-s à la commission de la recherche de l’université (FENEC-UNEF et Solidaires Etudiants) ainsi que les représentant-e-s des écoles doctorales, se mobilise actuellement afin de faire abandonner cette mesure par un nouveau vote au conseil d’administration et s’il le faut par un recours juridique.

Une assemblée générale se tiendra début décembre, avant le prochain CA de l’université, afin de réunir les doctorant-e-s autour de revendications et de moyens d’actions concrets. Nous vous tiendrons au courant sur ce site ou sur notre page facebook de cette mobilisation.

Publicités
Cet article a été publié dans Partout en France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s